Vous êtes ici

Vent de fraîcheur dans le bâtiment d’élevage

Le bâtiment qui accueille les vaches laitières du GAEC du Ruisseau d’argent associe bois et filets brise-vent pour limiter le rayonnement des matériaux et maîtriser la circulation de l’air, photo Marion Falibois.
Le bâtiment qui accueille les vaches laitières du GAEC du Ruisseau d’argent associe bois et filets brise-vent pour limiter le rayonnement des matériaux et maîtriser la circulation de l’air, photo Marion Falibois.

Depuis plusieurs années, les projets d’ouverture, de ventilation voire de brumisation ou d’installation de douches dans les bâtiments ont le vent en poupe. Et pour cause, pics de chaleurs et canicules se multiplient y compris dans les Vosges. Avec son agriculture de plaine ou de montagne et ses nombreux bâtiments d’élevages, laitiers notamment, le département compte un grand nombre d’exploitations en recherche de solutions.

En 2018, l’interprofession laitière lançait le projet « Bâtiments bovins laitiers de demain » et engageait une réflexion sur la nécessaire adaptation de la filière aux enjeux environnementaux, sociétaux et économiques de son temps. C’est dans ce cadre qu’est paru, en décembre 2020, le « plan d’action pour adapter son bâtiment d'élevage laitier aux conditions chaudes estivales ». Dans ce document à destination des exploitants, le CNIEL énumère sept solutions pour améliorer le bien-être des vaches en période de fortes chaleurs.

Bien-être animal, conditions de travail, investissement économique et rentabilité, qu’il s’agisse d’une construction neuve ou de l’aménagement d’un bâtiment existant, il est nécessaire de prendre en compte plusieurs facteurs et de procéder dans le bon ordre. Avant de se lancer, les exploitants agricoles peuvent faire appel à différents organismes pour mettre en œuvre leurs projets.

Jean-Marc Esteveny est conseiller bâtiment et effluents à la Chambre d’agriculture des Vosges. Chaque année, le service accompagne entre 80 et 90 projets sur le territoire. Parmi les exploitants qu’il a épaulés : Alexis Mougeolle du GAEC du Ruisseau d’Argent et Remy Benoit du GAEC d’Aydoilles.

Bien-être animal et conditions de travail

«Quand nous investissons, c’est en premier lieu pour le bien-être animal » rappelle Remy Benoit. Il faut dire qu’avec de pics qui avoisinent les 40°C, les vaches laitières sont particulièrement mises à mal ces dernières années. À partir de 22°C ressentis, elles entrent en état de stress thermique ce qui engendre des réactions physiques et comportementales de mal-être chez l’animal et impacte la production laitière et les performances de reproduction.

L’ouverture du bâtiment du GAEC D’Aydoilles combinée à l’installation de rideaux, permet aux vaches laitières de profiter de la ventilation naturelle, photo Marion Falibois.
L’ouverture du bâtiment du GAEC D’Aydoilles combinée à l’installation de rideaux, permet aux vaches laitières de profiter de la ventilation naturelle, photo Marion Falibois.

Vous aimerez aussi